A la suite des demandes répétées de la FCPE, le ministre lui a transmis une copie de la note de service adressée aux recteurs sur le remplacement des enseignants du second degré qui sera publiée le 17 octobre prochain.

Conformément aux exigences de la FCPE, celle‐ci « suggère » aux académies de supprimer le délai de carence de quinze jours pour assurer les remplacements. Elle reconnaît donc la légitimité de la FCPE à réclamer le principe de continuité du service public d’éducation pour tous les élèves : « la continuité du service public imposant que tout enseignant absent soit remplacé ».

Si la FCPE accueille favorablement un engagement des établissements et des académies pour assurer effectivement les remplacements elle demeurera attentive au remplacement effectif des enseignants dans les meilleurs délais. La note de service met en place un pilotage national, académique et local des dispositifs de remplacements. Pour l’heure, la FCPE n’a été informée de la mise en place du pilotage que dans l’académie de Paris, elle attend donc rapidement les dispositions qui seront prises dans tous les autres territoires pour que la transparence soit de mise.

Elle réitère sa demande de rétablissement des 3000 postes de remplaçants dans le secondaire supprimés en 2009 pour que soient effectivement mis en place le remplacement des enseignants.

La FCPE sera également vigilante au fait que les élèves bénéficient de l’ensemble des cours inscrits aux programmes nationaux d’enseignement, le remplacement ne doit en aucun cas se transformer en activités occupationnelles mais doivent revêtir un caractère pédagogique.

De plus elle demeure opposée à des remplacements qui seraient effectués par des personnels enseignants non qualifiés.

D’ores et déjà le logiciel « ouyapacours » de la FCPE a repris du service dès la rentrée avec les enseignants qui n’étaient pas encore nommés et continue encore à nous informer des problèmes de remplacements dans l’ensemble des départements de notre territoire. En quelques jours, 1500 réclamations concernant des absences non remplacées ont été portée à notre connaissance, qui sont à ajouter aux 2 millions d’heures de cours perdues en 2008‐2009.

Si les promesses ministérielles ne sont pas tenues la FCPE appellera les parents à des actions plus fortes pour faire appliquer la continuité du service public d’éducation.